Doggy bag - Saison 2

jeudi 13 mai 2010
par  sylvain
popularité : 19%

Josiane aimerait se faire épouser, pour rentrer officiellement dans la famille de David, réussir sa vie, et assurer à sa fille, encore un peu triste de la mort de son frère, une éducation bourge. Et surtout, pour ne plus avoir à penser à l’ancien mari, devenu handicapé, et que cela rends fou.

Marc baise Edith. Même, il l’aime. Au point de lui être presque fidèle. C’est difficile, mais tellement beau, aussi. Un peu comme d’acheter pour Edith la maison des rêves de toutes les femmes, celle avec un jardin et vue sur la rivière. C’est ce qu’il faut faire.

Victor, lui, revient sur sa vie presque finie avec comme un remord. Moins gênant que des regrets, quand même, mais auxquels il faut faire face. Il re-habite dans la maison de sa femme, qui le tolère, et même, une fois, il réussit à la sauter. Rien de grandiose, un petit coup de papa-maman, mais dans le ton. Et bien sûr, il y a Sonia.

Dont le petit ami est entre la vie et la mort, mais qui s’apprivoise, doucement. En se demandant comment on peut arriver à gérer une telle famille. Un père qui est tout sauf un père, un oncle qui serait plus père, s’il résolvait ses propres problèmes de paternité, et Irène, tout sauf grand-mère. Heureusement, il y a Josiane, qui est gentille.

Irène, elle, se sent très femme, d’ailleurs, quand un grand charpentier blond et musclé refait le parquet de l’église. Il faut dire qu’avec l’inondation, c’était nécessaire. Nécessaire, mais dangereux, en fait.


Commentaires  (fermé)

Logo de sylvain
dimanche 16 mai 2010 à 21h46, par  sylvain

Bien sûr, c’est un Djian. Donc, le niveau de style, d’expression, de langage, toute cela est au top.

Mais autant la mise en place des intrigues, dans le premier opus de la série, était sympathique, autant on a l’impression d’une transition vers une suite, mais qui s’essoufflerait. Un peu, d’ailleurs, comme David, qui n’arrive plus à courir un marathon.

Donc, comme une impression de langueur, pas tout à fait de manque d’inspiration, mais de limites à l’écriture.

Va falloir lire le numéro 3 pour savoir si c’est temporaire ou pas, notez.