164 - Les ennuques ne sont jamais chauves

dimanche 14 juin 2009
par  sylvain
popularité : 97%

Le prince Soliman Draggor est non seulement quelqu’un de très dangereux, mais aussi quelqu’un de très dangereux qui a immensément besoin d’argent.

Aussi, San-A et sa bande mettent au point un plan diabolique, pour lequel SanA se fait passer pour l’ancien chauffeur et homme de confiance des Caucescu, probablement impliqué dans toutes les affaires d’argent des anciens dictateurs...

Et cela fonctionne, bien sûr. Quelques morts, des visites à tous les jolis minous qui l’entourent, une intervention efficace de Matthias, permettant aux secrets de ne plus l’être, et hop, le tour est joué...

La page sur les couvertures est ici.


Commentaires  (fermé)

Logo de sylvain
dimanche 14 juin 2009 à 13h26, par  sylvain

D’accord, il y a toujours, par moment, des éclairs du style inimitable de F. Dard. Et même parfois des sentences qui font mouche par le style et le contenu.

Mais, un peu comme pour les derniers des Simenon, on ressent comme la fatigue d’exister de l’auteur. Il n’a plus envie. Probable un petit cunni, de temps à autres, entre un petit coup de Pétrus et un tour en Ferrari, mais ce n’est plus l’homme qui brulait la vie par les deux bouts.

Il en suit le déroulé, plus sage qu’acteur, et quand une pichenette permet d’orienter le déroulé vers ses intérêts, hop, il s’en mêle de loin, ou demande l’intervention de son petit lutin, histoire de se fatiguer encore moins.

Donc c’est quand même plus sympathique à lire que les tous derniers opus du Maître, mais franchement, on est loin du plaisir des premiers.