Bios

dimanche 6 juillet 2008
par  sylvain
popularité : 1%

Zoé a été préparée par le Trust M&P pour aller sur Isis. Cela ne s’est pas fait simplement, une partie du projet ayant été stoppé, Zoé et ses sœurs placées dans une prison dont seule Zoé était sortie.

Mais aujourd’hui, c’est le départ par saut de Higgs. Et donc presque aussitôt l’arrivée, même si Isis est située à plus de 100 AL de la Terre. Arrivée dans la station orbitale, habitée par environ 1500 personnes, entièrement dédiée à la survie des personnels des 4 bases de 15 personnes placées à la surface de Isis. Et en perpétuel combat contre la biosphère de Isis, trop forte pour que les simples métabolismes humains puissent y survivre.

Dès l’arrivée, un des habitants de l’une des bases meurt, sa combinaison ayant été éraflée. Puis ce sont deux scientifiques de la station maritime qui disparaissent. Il semble bien que la flore locale commence à trouver les moyens d’investir les habitats humains, pourtant conçus pour résister à des biomenaces de type 5.

Zoé mène néanmoins son programme d’essai de ses équipement à bien, sous l’œil intéressé de Tam, très attiré par la jolie Zoé. Et cela lui permet de découvrir presque totalement Isis. Ses formes d’intelligence, sa faune...

Rapidement, la situation dégénère. Une à une, les bases sont investies par des épidémies et doivent être évacuées vers la station orbitale. Qui ne tarde pas à être aussi réduite à néant par des virus indétectables...

Le premier contact entre l’humanité et Isis est un échec pour l’humanité. Mais toute graine germe...


Commentaires  (fermé)

Logo de sylvain
dimanche 6 juillet 2008 à 22h32, par  sylvain

Comme souvent avec cet auteur, le sujet est à la fois bien travaillé, et intégré à une histoire qui le rend attractif. Ici, c’est la difficulté de la colonisation d’autres planètes, qui est mis en exergue.

On est loin des opus type "Guerre des étoiles", dans lesquels les humains débarquent partout sans coup férir (style : on est les USA, quand même). Un peu plus de recherche ici : la biologie peut être très semblable tout en étant mortelle.

Et dégager une forme suffisamment subtile d’intelligence pour être à la fois accueillante, car consciente, et mortelle, car tout simplement trop différente.

La solution est donc dans les mutations. Qui ne réussissent pas au premier essai. Mais faire des expériences est la façon usuelle de procéder des scientifiques. Même parfois au prix de la vie de quelques cobayes, souris ou autres.

Avec en sus un délicieux back-ground de politique fiction bien amusant, dans lequel on crée un certain eugénisme par castration de la caste intermédiaire : les élites se reproduisent et isolent les éléments intermédiaires (sans les tuer), le bon peuple baise comme il l’entend, les épidémies font la régulation.

C’est bon.