Programme conscience : destination vide

dimanche 11 novembre 2007
par  sylvain
popularité : 100%

L’humanité cherche à essaimer vers les étoiles. Pour piloter le vaisseau stellaire pendant tout le temps d’un voyage spatial, il faut un ordinateur doté d’une intelligence, d’une conscience.

Pour développer cette conscience, les hommes installés sur une base lunaire préparent des expéditions de clones, censées emmener 3000 clones en hibernation vers Tau-Ceti.

Les conditions techniques mises au point par les humains ne peuvent pas permettre à la mission de réussir. Ce n’est pas grave, ce sont des clones. Mais s’ils arrivent à donner une conscience à leur ordinateur, alors ils auront gagnés le droit de survivre, et de lancer la conquête spatiale.

Mais si la mission part dans une mauvaise direction, si la conscience éveillée est mauvaise, alors il faut d’urgence détruire la nef. C’est pourquoi l’un des clones a été éduqué dans des principes très religieux, ce qui lui permettrait de sacrifier lui-même et ses partenaires, si l’humanité était menacée.

Les 6 premières missions ont disparu. La suivante est partie depuis peu, et déjà les conditions du vol sont devenues ingérables.

A bord, les 4 colons qui restent dans le poste de pilotage collaborent, tant bien que mal, pour essayer de transformer réellement l’ordinateur. Mais les embuches sont nombreux, et toute fausse manipulation peut impliquer la mort immédiate des 3000 clones...

A force d’essais, il semble que l’ordinateur change de comportement, qu’il s’éveille d’abord au raisonnement, puis à la raison. Mais ce n’est pas si simple...


Commentaires  (fermé)

Logo de sylvain
lundi 12 novembre 2007 à 21h09, par  sylvain

L’aspect "enrobage" a vraiment beaucoup vieilli. Les "multiplicateurs Eng" et autres câbles "neuroniques" ne font plus recette. Et le style, complètement linéaire, accuse lui aussi son âge. Mais tout cela n’est pas très grave.

Sur ces sujet, il ne serait nécessaire que de remplacer par "la dernière version de Windows Chairy (le windows à 4 pieds, celui qui marche)" ou autre nom aussi nébuleux que les répliques savoureuses de "La guerre des étoiles", et la magie pourrait arriver.

Mais sur le fond, quel pied. Des clones, considérés comme du consommable pour un centre de recherche (on peut les refaire), destinés à résoudre le problème de l’intelligence artificielle ou mourir. Ça vaut largement les jeux du cirque, et pas mal des contenus de livres plus récents.

Ensuite, le religieux, utilisé comme "clone fusible", ou le facteur S, qui régit les relations entre individus, ou encore la notion de rythme... Pour un bouquin des années 70, l’imagination était vraiment au rendez-vous.

Il faut donc faire un petit effort pour aller au bout de l’ouvrage, mais c’est bien amusant.