La lune des mutins

dimanche 10 août 2008
par  sylvain
popularité : 100%

Le capitaine Colin MacIntyre réalise le vol d’essai d’une nouvelle navette, tout simplement autour de la Lune. Mais quand sa navette disparait en dessous de l’horizon de communication avec les siens, à la surface de la Lune, elle est tout simplement prise en main par une puissance externe.

Qui la conduit à l’intérieur de la Lune, et fait croire aux hommes que le Capitaine MacIntyre s’est abimé avec son vaisseau à la surface de la Lune. Colin découvre alors que la Lune est en fait un gigantesque vaisseau spatial, inhabité depuis que son équipage, du fait d’une mutinerie, avait du quitter le vaisseau, 50 millénaires auparavant. Et que cet équipage, chargé initialement de guetter le retour d’une mystérieuse race exterminant toute trace de vie dans la galaxie, a engendré homo-sapiens...

Mais la mutinerie n’est pas résolue, il reste encore des mutins sur terre, prêt à reprendre les gouvernes du vaisseau. L’ordinateur de bord convainc alors Colin de retourner sur Terre, pour détruire les mutins, et au passage devenir le Commandant des forces de la Spatiale sur Terre.

Celui-ci accepte, bien sûr, mais l’opération est plus complexe que prévue...


Commentaires  (fermé)

Logo de sylvain
dimanche 10 août 2008 à 17h20, par  sylvain

Il faut bien reconnaitre que M. Weber a un sacré coup de patte. Après (ou en parallèle, je ne sais pas dans quel ordre cela a été écrit) les Honor Harrington, voici une nouvelle saga, pleine de bruit et de fureur.

Tout d’abord quelques thèmes qui se recoupent : la marine anglaise du 18ème et ses usages, les codes militaires et autres codes d’honneur, les méchants facile à repérer, et ressemblant à s’y méprendre à ceux qui s’opposent aux USA actuellement (Russes pour la série des Honor Harrington, multinationale des intégrismes dans cet série).

Et à partir de ça, et d’une histoire éculée (ici, presque les révoltés du Bounty), D. Weber tisse une vraie histoire de SF, bien haletante, et qui se lit avec plaisir.

Il a pour ce faire une bonne dose d’imagination, qui lui permet de placer les situations somme toutes "normales" dans un environnement crédible, mais suffisamment décalé pour que ce soit amusant. Ici, le vaisseau qui a pris la place de la Lune, par exemple.

On ne peut pas dire que ce soit de la SF novatrice, on est loin de livres plus typés, comme URUAD ou La division cassini. Mais il faut reconnaitre que c’est bien agréable à lire.