013 - San-Antonio chez les "gones"

mercredi 27 juillet 2005
par  sylvain
popularité : 46%

Deux enfants disparaissent d’un un petit village de France profonde, puis leur instituteur est assassiné.

Pour enquêter, Béru remplace l’instituteur, sous l’oeil de San-A, qui subjugue l’institutrice.

Léocadie, une cantatrice défraichie dispose dans le village d’une maison de campagne pour ses week-ends torrides. Elle l’occupe en compagnie de quelques amis antipathiques, et de quelques amies acceuillantes.

San-A s’y fait inviter. Peu après, on tente de le tuer. San-A passe quand même la soirée avec Léocadie et ses amis, à Lyon, dans la boite de nuit tenue par un des ses amis.

Au retour vers la campagne, Leocadie se fait tuer, et son cadavre disparait. Pendant ce temps, le domestique de Léocadie, resté à la maison de campagne, est suicidé.

San-A retourne dans la boite de nuit, et le patron est assassiné aussi. San-A découvre que cette clique organisait un trafic de drogue, et arrête un des traficants.

Un autre membre du groupe est retrouvé mort, mais San-A retrouve la piste du meurtrier.

La jolie institutrice disparait.

Se faisant passer pour un des membres du réseau, San-A convient d’un rendez-vous en forêt entre celui qu’il a arrété et celui qui semble être l’assassin.

Le rendez-vous à lieu, mais les deux malfrats disparaissent. San-A retourne à l’appartement d’un des malfrats et y découvre les enfants, vivants.

Les malfrats cherchent à fuir vers la Suisse, mais ont un accident. San-A les arrête néanmoins tous.

Et la conclusion livre la clé de tous ces massacres. L’institutrice revient, elle était partie se faire belle pour San-A, bien sûr.

La page sur les couvertures est ici.


Commentaires  (fermé)

Logo de sylv1
jeudi 28 juillet 2005 à 21h30, par  sylv1

Une histoire policiére bien classique et bien montée, des actions de SA bien sûr extraordinaires, et puis surtout dans ce SA des phrases type déconnades superbes plein de clin d’oeils plein de tendresse à Lyon, son patois et ses habitants.

Sûrement un des plus aboutis des SA.