La guerre du plasma

samedi 17 septembre 2005
par  sylvain
popularité : 1%

A la suite des aventures de "Plasma", Ayah retrouve Constantin au gouvernement. Celui-ci lui apprend à la dure les rudiments de la gestion du pouvoir, en lui confiant un poste vital pour son ascension.

Constantin, aidé de Soriah et d’Ayah, se hisse au sommet du pouvoir, sans choisir réellement entre la mise en place d’un idéal de paix, et la simple lutte pour une augmentation sans fin de son pouvoir personnel, quels qu’en soient les moyens.

Ayah, tiraillée entre intrigues, absence de vie privée mais aussi ivresse du pouvoir, arrive néanmoins à garder suffisamment de morale pour limiter les dérapages.

Elle devient l’égérie de son peuple et du demi-monde des mutants, mais doit sacrifier Constantin au respect de ses convictions. Suite à ce choix déchirant, elle se retire de la vie publique.


Commentaires  (fermé)

Logo de sylv1
samedi 17 septembre 2005 à 12h27, par  sylv1

Le théme de l’utilisation du Plasma est déjà bien usé dans le premier tome, mais n’est finalement que le support "simple" à la rhétorique de WJ Willias sur ses thèmes favoris.

Il aurait pu utiliser des armes thermo-nucléaires, des vaisseaux spatiaux ou n’importe quoi d’autres, ce qui compte, c’est que des gens se battent et meurrent, pour des idées "pilotées" par des élites (religieuses ou politique). Comme cette histoire de Plasma est somme toute sympathique, ça allége le propos et rends assez lisible le fond.

Et tant mieux, parce que cette historiette de prise de pouvoir, d’affrontement entre plusieurs façon d’appréhender la conduite de la vie publique, entre le nihilisme des "Soeurs" et le cynisme et la violence de Soriah est bien faite. WJ Walters connais la guerre, et ça se sent.

Même si ce n’est pas à proprement parler de la SF, c’est à lire, en faisant le paralléle avec d’autres guerres actuelles (Irak) ou passées (Viet-Nam). La seule question qui reste à la fin est : mais qui est Ayah.