Honor Harrington 3 : Une guerre victorieuse et brève

jeudi 28 août 2008
par  sylvain
popularité : 1%

Les dirigeants de la République Populaire du Havre sentent le pouvoir leur échapper. Aussi décident-ils de mettre en place, sur quelques années, les moyens de déclencher une guerre contre Manticore et ses alliés. Mais en se donnant le maximum de moyens, notamment en terme de renseignements, pour être quasi assurés que celle-ci sera victorieuse et brève.

Pendant ce temps, Honor, forte de ses succès passés, est nommée Capitaine du vaisseau emblématique de la Flotte Stellaire Manticoriène, le Victoire. Et celui-ci est le vaisseau de l’Etat Major de l’Amiral Sarnov, qui part avec son escadre protéger une lointaine planète.

Après quelques mois passés à s’entraîner au combat, et pour Honor à découvrir les charmes d’un gentil capitaine des bassins de radoub, celle-ci, bien sûr, est attaquée par les forces du Havre. Heureusement, Sarnov et Honor font des miracles, et arrivent à tenir la place jusqu’à l’arrivée des renforts. Ce qui permet à la force Manticorienne de mettre une pâtée totale au Havre.

Seul bémol à la joie qui s’ensuit : Pavel Young, qui commandait lui aussi un des vaisseaux de l’escadre, à flanché en pleine bataille, et presque déserté devant l’ennemi...


Commentaires  (fermé)

Logo de sylvain
jeudi 28 août 2008 à 22h16, par  sylvain

Toujours la même veine que les opus précédents (voire le tome 1 et le tome 2, un souffle suffisamment fort pour recycler de vieilles histoires de marine à voile en super bouquins de SF spatiaux bien haletants.

C’est très bien fait, et bien agréable à lire. Mais il faut reconnaitre qu’il y a quand même un côté un peu énervant à voire le monde actuel (la guerre froide avec des dérapages) utilisée de façon aussi simple pour devenir de la SF.

Surtout que cette fois-ci, David Weber ajoute une nouvelle sources d’inspiration, au moins pour les noms des méchants, à tout ce qu’il a piqué à l’histoire d’Angleterre : la révolution française (Saint-Just et Danton). On devrait voire arriver un Hermann d’ici un ou deux opus...