Strad

jeudi 27 mars 2008
par  sylvain
popularité : 13%

Un jeune prodige du violon est assassiné, son violon, un Stradivarius, est volé.

En marge de la police officielle, Louise est chargée de suivre l’enquête par l’ex propriétaire du violon. Avec l’accord du commissaire officiellement en charge, et de son adjoint, elle surveille un des suspects principaux : le beau Christian Donovan. Et son ami Charles Reix. Tous deux marchands d’instruments de musique hors de prix, et tous deux en proie à des difficultés financières.

Au même moment, Ophélie, fille de C. Reix et ancienne femme de Donovan est assassinée alors qu’elle descendait la Seine, allongée nue sur une bouée, forme extrême d’expression artistique.

D’autres meurtres sont commis, chacun lié de près ou de loin aux premiers protagonistes de l’affaire. L’étau ne tarde pas à se resserrer autour d’une amie d’Ophélie, qui lui tient lieu de famille...

Mais la raison essentielle n’est pas dans cette facette triviale et sordide de l’histoire, mais plutôt dans la quête d’identité d’Ophélie...


Commentaires  (fermé)

Logo de sylvain
jeudi 27 mars 2008 à 21h46, par  sylvain

L’opus que j’avais lu avant m’avait bien plu, aussi j’ai continué sur celui-ci.

Il faut reconnaitre que le ton est sympa, et que ça se lit très bien, mais l’intrigue m’a parue trop complexe, trop de ressorts entremêlés, des histoires sordides, des histoires d’amour, des histoires d’argent.

Et la chute n’est pas naturelle. Tout tombe juste, mais il faut 2 ou 3 pages d’explications, amenées au lecteurs comme un échange sur les derniers éléments d’enquête pour que l’ensemble des fils se dénouent.

Ca se lit, mais c’est moins bien que passage du désir.

Navigation

Mots-clés de l'article