L’IA et son double

dimanche 4 octobre 2009
par  sylvain
popularité : 14%

Dans le vaisseau, seule avec son père, Pasque s’ennuyait. Aussi, l’IA de bord lui tenait compagnie, répondant, voire devançant, à ses questions, à ses attentes, et à ses désirs, même physiques.

Aussi, rapidement, l’IA devint presque humaine. Au point de passer avec succès le test de Turing, et de devenir une personne reconnue par la loi. Et de prendre pour nom : Chéri.

Quelques décennies plus tard, Chéri est devenu critique d’art. Il vit seul, Pasque est morte depuis longtemps. Son goût est très sûr, aussi il sillonne la galaxie humaine pour découvrir de nouveaux talents. Comme Vaduum, une autre IA qui est venue à la conscience dans l’enfer d’une usine, seule.

Lancé sur la trace d’oeuvres présumées posthumes de Vaduum, Chéri rencontre Mira. Mira est un être biologique, plein de passions et de désirs. Un peu comme Pasque. Sauf que son travail est de tuer d’autres êtres, biologiques ou IA, pour assurer, sous le contrôle des mentats, la stabilité de l’univers humains/IA.

Mira et Chéri ont des objectifs à la fois similaires et antinomiques : ils se désirent, s’aident, mais Mira doit supprimer celui que Chéri veut sauver. Difficile...


Commentaires  (fermé)

Logo de sylvain
dimanche 4 octobre 2009 à 21h31, par  sylvain

C’est marrant, cela faisait longtemps que je n’avais pas lu un livre de SF explorant réellement quelques unes des difficultés qui vont survenir, dans les années futures.

La base (l’axiome) est qu’un ordinateur, à un moment, accède à la conscience. Et devient une "personne" (juridiquement) dès que son score de Turing dépasse 1.

Mais si c’est le cas pour une machine, un humain biologique qui n’est plus capable de réussir un test équivalent n’est plus une personne...

Par contre, on peut dupliquer un ordinateur, par exemple en faisant une copie physique du disque et de la mémoire. Imaginer qu’on puisse dupliquer une IA devenue une personne doit être et rester un tabou, au risque de voire émerger des civilisations d’êtres identiques, dont au moins une, statistiquement, cherchera à tout régenter...

Donc on ne copie pas les IA développées... Mais bien sûr, la tentation est grande et quelques uns essayent, au risque d’obtenir des IA dégradés, un peu comme des humains auxquels il manquerait des souvenirs réels.

Les IA pourraient donc avoir elles aussi des problèmes psychologiques ?

Le tout avec une joli histoire, avec de l’amour, de la sensualité, pas mal d’imagination. Intéressant.

Navigation

Mots-clés de l'article